Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Démocratie’ Category

Selon Hafez Abu Saeda, secrétaire général de l’Organisation des droits humains d’Egypte, l’administration Obama semble plus encline à protéger les régimes dictatoriaux dans la région, qu’à promouvoir la démocratie.

C’est ainsi que le 11 mai dernier, le parlement égyptien a approuvé la prolongation de la loi d’urgence, promulguée en 1981 après l’assassinat du Président Anouar el-Sadat.

Les défenseurs des droits humains ont depuis 30 ans dénoncé le fait que cette loi – qui permet d’arrêter et d’emprisonner sans autre forme de procès – avait été utilisée à l’encontre de toutes sortes d’opposants au régime et pas uniquement à l’encontre des Frères musulmans.

En 2005, le Président Moubarak avait pourtant promis de transformer cette loi en une loi anti-terroriste.

Les défenseurs des droits humains en Egypte s’inquiètent du fait que Washington et l’Union Européenne ne fassent aucune pression contre les dictatures arabes.

Selon Abu Saeda, l’administration Obama exercerait moins de pression en faveur de la promotion des droits humains et de la démocratie que la précédente administration Bush durant son deuxième mandat.

Ainsi, l’assistance financière pour la promotion de la démocratie dans le monde arabe aurait été réduite de 200 millions de dollars US.

voir sur l’ancien blog de Malka Marcovich, les articles consacrés à l’Egypte

Publicités

Read Full Post »

Par Jean-Claude Buhrer

Sous l’effet d’une islamisation croissante, le port du voile et la polygamie, naguère exceptionnels, se répandent en Malaisie, pays multiethnique où les Malais de « race » (60% de la population) sont obligatoirement musulmans alors qu’une discrimination institutionnalisée s’applique aux minorités bouddhiste, hindouiste, chrétienne et même chiite. La presse malaisienne, qui rapporte que plus de 5% des mariages relèvent désormais de la polygamie, aborde ouvertement ce phénomène en expansion parmi les musulmans du pays. A titre d’exemple, des journaux ont publié des reportages illustrés montrant un « chef de famille » musulman de 43 ans, Mohamad Ikram, attablé en compagnie de ses quatre épouses dans sa demeure de Putrajaya près de Kuala Lumpur. Depuis son premier mariage, il a pris une nouvelle femme tous les cinq ans et dirige une famille de 17 enfants âgés entre 7 et 21 ans. Les quatre premiers jours de la semaine il passe la nuit à tour de rôle chez chacune de ses quatre femmes qui disposent chacune d’un domicile séparé et les réunit le vendredi pour la prière et en famille en fin de semaine. L’une d’elle raconte que des frictions sont inévitables mais que la polygamie fonctionne en suivant « les lois d’Allah ». Mohamad Ikram dirige l’Ikhwan Polygamy Club qui s’est assigné pour mission de défendre la réputation du  » mariage multiple ». « Par nature les hommes sont polygames, ils ont des petites amies et des maîtresses, ils fréquentent les prostituées, ce qui est normal, » déclare Rohaya, l’épouse aînée de 44 ans. Et de constater résignée : « Allah a fait les hommes comme ça. » Mohamad Ikram, lui, se dit heureux avec quatre femmes, car « cela réduit la tentation de commettre un péché ». Mais, concède-t-il,  » même si je pense que c’est suffisant, il y a toujours le désir de vouloir plus, on n’est pas satisfait avec seulement quatre ».

De tels propos ne font pas rire tout le monde, en particulier les femmes qui en sont les premières victimes comme s’en inquiètent les « Soeurs en islam », un groupe qui dénonce ouvertement l’obscurantisme entretenu par les islamistes. Après les bombes incendiaires lancées au début de l’année contre une douzaine d’églises, le gouvernement a suspendu une décision de la Haute Cour d’autoriser les chrétiens à utiliser le nom d’Allah pour Dieu comme ils l’ont toujours fait en malais, alors que les intégristes prétendent que ce terme doit être réservé exclusivement aux mahométans. Ensuite, en février, pour la première fois trois femmes musulmanes ont été suppliciées à coups de bâtons en application d’une sentence d’un tribunal islamique qui les a reconnues coupables de relations extra-conjugales alors que leurs compagnons n’ont pas été inquiétés. Chaque jour de nouveaux exemples viennent s’ajouter à l’atmosphère délétère et d’intimidation que font régner les islamistes. Ces atteintes flagrantes aux droits élémentaires n’empêchent pas le gouvernement de briguer pour la Malaisie un nouveau poste de membre du Conseil des droits de l’homme de l’ONU.
Les « Soeurs en islam » ont mis en garde contre le danger que la polygamie représente en particulier dans les zones urbaines où cette pratique est en passe de devenir « extrêmement populaire » alors qu’un homme peut rarement subvenir convenablement aux besoins de plusieurs femmes et d’une « ribambelle d’enfants ». Leurs recherches ont établi que les premières épouses, qui souvent refusent de sanctionner un nouveau mariage, se voient couper les vivres et se retrouvent plongées dans la pauvreté et la dépression. La Malaisie n’est pas un cas isolé. Les mêmes forces rétrogrades s’activent à travers tout le monde musulman et aujourd’hui jusqu’en France, comme ailleurs dans les communautés islamiques.

Read Full Post »

Il est impossible de séparer le développement de la production  de celui de la consommation de la drogue  en Afghanistan, économie qui non seulement permet d’alimenter les réseaux terroristes, mais d’influer aussi durablement sur les capacités des citoyens à sortir de l’obscurantisme religieux.  Là encore, il semble que les européens n’aient pas pris toute la mesure du problème, qui dépasse de loin le seul problème de la région.

Ce sont les conclusions de l’UNODC, l’office sur la drogue et le crime des Nations Unies, qui parle aujourd’hui d’un Tsunami silencieux.  Voir article plus bas.

—————————————————————————————————-

Afghanistan : Drug adiction – a growing burden

KABUL, 21 April 2010 (IRIN) – Afghanistan’s production of opiates and hashish is increasingly hurting its own people as well as damaging the health of millions across the world, officials and experts warn.the past five years the number of drug users has increased from 920,000 to over 1.5 million, the spokesman of the Ministry of Counter-Narcotics (MCN), Zalmai Afzali, told IRIN.

No other country in the world produces as much heroin, opium and hashish as Afghanistan, according to the UN Office on Drugs and Crime (UNODC).

The steady rise in the number of domestic drug users belies the argument by some Afghans that drug consumption is a non-Afghan problem and that the drugs trade brings money to the country.

“There is the Coca-Cola effect between production of drugs and consumption and addiction; supply inevitably does create demand,” said Jean-Luc Lemahieu, UNODC’s country representative.

“The distinction between producing and consuming countries has blurred. Traditionally, consuming countries have become producers of synthetic drugs. In turn, producing countries have become consumers. What remains is a shared international responsibility. No country should be left alone,” he said.

“There is a risk Afghanistan could become the world’s top drug-using nation – albeit proportionate to its population – if the current addiction trend continues and we fail to stop it,” said MCN’s Afzali.

Addiction, not production, is Afghanistan’s biggest problem, experts say.

“Silent tsunami”

(suite…)

Read Full Post »

« Newer Posts