Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Soudan’

Les trois semaines de la 14ème session du Conseil des droits de l’homme, n’a pas donné lieu à des changements fondamentaux dans le ton :

  • agenda identique avec focalisation sur le conflit Israël/Palestine,
  • Envolées oratoires de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI)  représentée par le Pakistan, la République islamique d’Iran, l’Egypte concernant le racisme que constitue la diffamation des religions,
  • Impossibilité d’évoquer des violations des droits humains telles que les violences commises contre les Ahmadites à Lahore.
  • Bref, que de la routine depuis les quatre ans d’existence du Conseil. (Voir sur l’ancien blog de Malka Marcovich d’autres articles consacrés au CDH).

    On peut aussi noter deux actions qui relèvent encore une fois de la capitulation des démocraties face aux poussées relativistes contre les droits universels :

  • l’adoption par consensus d’une résolution sur la promotion de la jouissance effective des droits culturels pour tous et le respect de la diversité culturelle présentée par Cuba  au nom du Bangladesh, de la Biélorussie, de la Bolivie, du Congo, de la Côte d’Ivoire, de l’ Équateur, d’El Salvador, du Mexique, du Nicaragua, du Nigéria, du Pakistan, des Philippines, de la République arabe syrienne, de la République démocratique populaire lao, dela  République populaire démocratique de Corée, du Soudan, du Venezuela et du Viet Nam.
  • L’élection par acclamation au Comité Consultatif du Conseil des droits de l’homme, ou « comité des sages »,  prêtre Sandiniste du Nicaragua, Miguel d’Escoto Brockman, qui avait présidé la 63ème session de l’Assemblée Générale et dont on se rappelle les prêches et envolées enflammées.( Voir sur l’ancien blog de Malka Marcovich les articles consacrés à cette haute personnalité de l’ONU. )
  • Publicités

    Read Full Post »

    Par Bernard SCHALSCHA Collectif Urgence Darfour

    En une spectaculaire volte-face, l’Ouganda, qui venait de faire savoir qu’El-Béchir ne serait pas accepté sur son territoire lors du prochain sommet de l’Union africaine à Kampala, a finalement déclaré que le chef de l’Etat soudanais serait bien son invité lors de cette rencontre. Une fois de plus l’organisation panafricaine,  que certains observateurs considèrent surtout comme un « syndicat d’intimidateurs », a obtenu d’un ses membres qu’il renonce à faire appliquer les décisions de la Cour pénale internationale. Elle préfère jouer la carte de l’impunité au détriment de la justice, prenant partie pour le bourreau et piétinant ainsi les victimes… africaines.

    C’était trop beau. Le 4 juin le président ougandais Museveni annonçait qu’El-Béchir ne serait pas invité au XV° sommet de l’Union africaine (UA) qui doit se tenir en juillet à Kampala (Ouganda). Nous nous sommes dit, tout comme la plupart des organisations de défense des droits de l’homme, que c’était là un pas décisif vers la fin de l’impunité en Afrique. Il fallait voir dans cette décision, pensions-nous, une conséquence immédiate du fait que la première conférence de révision de la Cour pénale internationale (CPI), destinée à renforcer et élargir l’action de la justice internationale, se tenait depuis le 31 mai à Kampala justement, et que le procureur de la CPI, Luis Moreno-Ocampo s’était entretenu avec le président Museveni. En outre, l’Ouganda, en tant que signataire du Statut de Rome qui a fondé la CPI, avait déjà fait savoir par le passé qu’El-Béchir, inculpé par la CPI de crimes de guerre et contre l’humanité commis au Darfour, ne pouvait mettre les pieds sur son territoire sauf pour y être arrêté. Interviewé mardi 8 juin sur France Info, Jacky Mamou, président du Collectif Urgence Darfour, se félicitait donc du choix politique exprimé par le chef de l’Etat ougandais de privilégier la justice incarnée par la CPI plutôt que de céder à l’UA qui se retranche derrière une demande de moratoire afin de ne pas appliquer le mandat d’arrêt international contre le chef des massacreurs au Darfour.

    A l’annonce de la déclaration de Museveni, le Soudan avait aussitôt tempêté, exigeant de l’Ouganda qu’il revienne sur sa position et lui présente des excuses publiques. Sans quoi Khartoum exigerait auprès de l’UA que le sommet n’ait pas lieu à Kampala mais dans un autre pays africain, c’est-à-dire dans un pays où El-Béchir serait accueilli sans risque. A peine avions-nous commencé à écrire pour exhorter Kampala à ne pas céder au chantage soudanais qu’un communiqué émanant du ministère des Affaires étrangères ougandais faisait savoir qu’Omar El-Béchir avait très normalement été invité à ce sommet depuis le mois de mars puisque, n’est-ce pas, il y a toute sa place puisque le Soudan fait partie de l’UA. A la trappe la prise de position du président ougandais !

    Quelques optimistes invétérés penseront peut-être qu’il s’agit d’une ruse pour faire venir El-Béchir à Kampala et, hop !, l’arrêter dès qu’il sera en territoire ougandais. Détrompons-les : l’homme fort de Khartoum n’est pas du genre à se laisser piéger. Il dispose surtout de puissants moyens de pression et de nombreux alliés, notamment au sein de la Ligue arabe et de l’Organisation de la conférence islamique, l’Ouganda étant membre de cette dernière. Il est peu probable qu’on apprenne précisément comment le régime soudanais a réussi à obtenir le retournement stratégique de son voisin ougandais. Mais, par exemple, il ne faut pas oublier que l’Ouganda est aux prises depuis de longues années avec l’Armée révolutionnaire du seigneur (Lord Revolutionnary Army, LRA). Ce mouvement à l’idéologie délirante et qui a assassiné des dizaines de milliers de civils dans des conditions atroces, possède des bases importantes au nord de la République démocratique du Congo et en République centrafricaine, d’où elle ne se prive pas d’attaquer respectivement le Sud-Soudan et le Darfour. Les bons connaisseurs de la région sont convaincus que le régime soudanais fournit de l’armement aux fous furieux sanguinaires de la LRA et les emploie quand ils peuvent lui être utiles. Il semble même que la LRA concentre désormais une partie de ses troupes au Soudan même, d’où elle lance à l’occasion des offensives en Ouganda. Officiellement, bien sûr, Khartoum combat la LRA… Mais aucun chef d’Etat de la région n’est dupe. Et le président Museveni l’est certainement encore moins.

    Reste qu’il n’est pas certain qu’El-Béchir en personne aille représenter le Soudan au prochain sommet de l’UA. Le mandat d’arrêt international contre sa personne l’a rendu extrêmement prudent. Peut-être, à la dernière minute, préférera-t-il se faire représenter en juillet à Kampala par un de ses sbires. Quand bien même l’Ouganda a finalement capitulé, le président soudanais n’ignore pas que son isolement diplomatique va croissant. En témoignent, ces derniers temps, la maigre représentation diplomatique internationale à sa cérémonie d’investiture, ainsi que le refus par la France de sa participation au dernier sommet France-Afrique, laquelle interdiction n’a pas provoqué le moindre désistement par solidarité de la part de ses collègues africains. En dépit du couteau que l’Ouganda a planté dans le dos du procureur de la CPI, le mandat d’arrêt émis par la CPI fait lentement son effet. Bien trop lentement, certes, et c’est pourquoi nous nous devons d’agir pour faire accélérer son application.

    Read Full Post »

    Par le Dr Jacky Mamou, président du Collectif Urgence Darfour, publié sur  Nouvel Obs.com

    Les Etats-Unis et l’Europe avec au premier chef la France se fourvoient en légitimant le processus électoral au Soudan. Les grandes puissances occidentales ne se préoccupent que du référendum prévu pour janvier 2011 dont dépendra l’éventuelle indépendance du Sud-Soudan. L’échéance aura certes des conséquences régionales majeures, tant politiques qu’économiques. Mais ainsi se reproduisent les mêmes erreurs qui avaient abouti en 2005 à l’Accord de paix global (CPA) entre le Nord, musulman et le Sud, chrétien et animiste, qui, tout en mettant fin à une longue et cruelle guerre, occultait néanmoins le drame du Darfour. Aujourd’hui tout le monde feint de croire que le scrutin prévu le 11 avril, sera un pas vers la paix et la démocratisation du Soudan. Il n’en sera rien.

    L’homme fort de Khartoum espère une légitimité par les urnes qui le protégerait du mandat d’arrêt international lancé contre lui par la Cour pénale internationale pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité au Darfour. Jouant désormais à l’homme de paix, il a commencé par proclamer sa réconciliation avec son homologue tchadien, Idriss Déby, les deux hommes s’engageant à ne plus se faire la guerre par rebelles interposés – à la grande satisfaction des Français, ce qui explique peut-être leur actuelle indulgence à l’égard du pouvoir soudanais. Puis il a signé un accord-cadre prévoyant des négociations de paix avec les rebelles islamistes du JEM. L’accord prévoyait un cessez-le-feu, mais au même moment l’aviation soudanaise bombardait le Jebel Marra, peuplé par l’ethnie majoritaire four. Les chancelleries occidentales n’ont pas cru devoir protester, tant elles avaient à cœur de donner raison au chef de l’Etat soudanais qui affirmait que «la guerre est finie au Darfour».

    (suite…)

    Read Full Post »

    Par Charles Malou

    A peine le mal nommé Conseil des droits de l’homme de l’ONU vient-il d’achever dans l’indifférence générale le mauvais show de sa session de mars à Genève, que la publication du rapport annuel d’Amnesty international (AI) sur la peine de mort à travers la planète souligne le décalage entre la rhétorique et le comportement de certains Etats en la matière. En cause, la Chine d’abord, qui a exécuté en 2009 plus de condamnés que le reste du monde, puis d’Iran, l’Irak, l’Arabie Saoudite et le Moyen-Orient en général, ainsi que l’Afrique du Nord. Tous des régimes dictatoriaux ou autoritaires toujours prompts à donner des leçons aux autres, à stigmatiser le seul  Israël et à exploiter le gadget de la diffamation des religions afin de détourner l’attention de leurs propres manquements au respect des droits fondamentaux

    Revers de la médaille de son boom économique, la Chine se retrouve toujours en tête de ce sinistre palmarès avec des exécutions par milliers selon les informations des années précédentes et des sources concordantes. Pékin se refusant à communiquer des statistiques relatives au recours à la peine de mort, sujet sensible entre tous classé secret d’Etat, AI a préféré s’abstenir de chiffrer le nombre exact d’exécutions pratiquées en 2009. Et de rappeler qu’en Chine 68 infractions, certaines n’impliquant aucune violence, sont passibles de la peine capitale.

    (suite…)

    Read Full Post »